La protection des données personnelles, nouvel eldorado de la Suisse

 
Protection des données en Suisse.jpg
 

"Données 100% stockées en Suisse". De plus en plus d'entreprises mettent en avant sur leur site ce petit macaron aux couleurs de la Confédération helvétique, qui pourrait faire de la protection des données personnelles une nouvelle source de prospérité.

Les scandales d'espionnage généralisé suite aux révélations de l'ex-conseiller de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine Edward Snowden ont permis une prise de conscience accrue, notamment du côté des entreprises, sur la nécessité de protéger ses données personnelles. Et la Suisse compte bien en tirer partie.

"Les clients ont besoin de confiance, de discrétion, de fiabilité et de stabilité. Ce sont les caractéristiques de ce pays depuis toujours", ajoute pour l'AFP M. Grüter, selon qui plus d'un milliard de francs ont été investis ces cinq dernières années dans des centres de données informatiques dans le pays.

Avec 61 centres de données sur les 1151 situés dans l'Union européenne, la Confédération se classe à la cinquième place européenne.

"Un Etat offrant un niveau de protection élevé à ses entreprises leur offre également des avantages économiques non négligeables", affirme Jean-Philippe Walter, adjoint au Préposé fédéral à la Protection des données et à la transparence. Selon lui, "la Suisse a tout intérêt à se mettre au-delà du niveau européen en termes de réglementation, pour des raisons économiques".

Le contexte juridique est ainsi très favorable en Suisse : la loi sur la protection des données, l'une des plus restrictives au monde, empêche toute administration d'avoir accès à des informations personnelles sans l'autorisation d'un juge.